contact@hammaecher-sipion.fr

03 88 23 14 86

4 rue des Serruriers, Strasbourg

Le Savoir Faire

d’un artisan joaillier à Strasbourg

Création sur mesure

Apportant une vision professionnelle et artistique à vos désirs, nous construisons ensemble votre bijou afin qu’il vous corresponde au maximum.

Transformations

Redonnez vie à vos bijoux ! D’un simple rajout de pierre à une transformation complète, nous vous conseillons au cas par cas afin d’étudier l’ensemble des possibilités.

Réparation

Avec une expérience forgée sur trois générations, nous réparons tous vos bijoux en or et argent de façon durable. Mises à taille de bagues, soudures de colliers divers ou réparations plus complexes, tous les projets sont étudiés et chiffrés.

Des joaillers dévoués à vos créations

Hier, le créateur joaillier inspiré, voire ému par l’échange avec la, le commanditaire couchait sur papier ses croquis qu’il colorait en fonction des pierres qu’il imaginait. La gouache aidait à donner une représentation lumineuse notamment des diamants pour un rendu le plus représentatif possible. A cette étape du processus de création du bijou, qu’on appelle le dessin d’intention, la maison Hammaecher-Sipion a adopté la tablette numérique pour sa grande réactivité et sa qualité propice à la créativité. Nous sommes curieux et inventifs, animés par l’envie, à chaque création, de nous surpasser. De réaliser la plus belle des oeuvres. De faire plaisir à notre client en traduisant au plus juste l’émotion qu’il projette dans le bijou.

La joaillerie à Strasbourg, l’harmonie du Savoir-Faire d’hier et d’aujourd’hui

Le corps de bague est créé par l’intermédiaire du principe de fonte à la cire perdue. Une fois cette maquette en cire terminée, elle est transmise au fondeur afin qu’il réalise le corps de la bague dans le métal précieux choisi. Le fondeur se servira de l’arbre à cire pour concevoir le moule en plâtre réfractaire. Lequel est chauffé afin de faire fondre la cire au moment de l’opération dite de décirage du moule. Le métal précieux en fusion sera alors coulé dans le moule. Et une fois refroidi, il sera cassé pour laisser apparaître le corps de bague. Le métal à ce stade est à l’état brut et nécessite notamment soudure, perçage, nettoyage avant d’être serti et poli. Nous limons alors le métal précieux. C’est une étape très délicate qui demande du soin, de la rigueur et de la dextérité

Nous assemblons les pièces d’or, nous les soudons au chalumeau. C’est une technique utilisée depuis l’Antiquité qui n’accepte aucune erreur ! Nous sommes précis, persévérants et têtus ! Quelle satisfaction de confier au sertisseur un collier ou pendentif à la hauteur des pierres qui seront choisies, comme le diamant notamment, qui exige une expertise affûtée.

 

Arrive le moment du sertissage qui consiste à fixer la, les pierres sur le corps du bijou. Cette technique datant du milieu du XVIII siècle consiste à creuser le fond tout autour du joyau afin de sublimer la lumière. Le sertissage est l’art d’assembler en positionnant la pierre dans une petite cavité et en rabattant le métal qui l’entoure pour la figer sans qu’elle n’y parait. Nous sommes passés maître en la matière ! Nous choisirons en fonction de notre création, un serti griffe, un massé, un pavage ou encore un serti clos. Les pierres serties, nous passerons au polissage rhodium. C’est une technique basée sur l’électrolyse qui renforce le blanc, efface toute trace d’utilisation des outils et fait briller le bijoux, l’alliance de mille feux !

 

Les finitions sont essentielles. C’est pourquoi nous consacrons du temps pour enlever la moindre aspérité. Pour ensuite passer le bijou dans de la vapeur à haute pression afin d’enlever les traces de poussière et de gras. Nous sommes perfectionnistes ! Lorsque le métal est absolument brillant, nous pouvons opter pour une finition sablée ou satinée si elle correspond au design que nous avons choisi. Le bijou est presque prêt à être livré. Reste le poinçonnage et le cas échéant, la gravure au laser ou manuelle. La gravure au laser se fait de manière numérique. La gravure manuelle se fait au burin, à la pointe sèche ou encore à la pointe carbure. Le poinçon garantit la pureté du métal. Il se fait avec un marteau. Nous arrivons à l’étape finale. La dernière touche, notre touche, celle qui signera notre création. Notre poinçon de maître. Le client arrive. Nous scrutons son regard. Il écarquille les yeux, inspire, sourit. Il est touché, ému. Nous sommes heureux.